Un atelier de restitution a réuni ce 25 février 2022  le personnel de la Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées (FETAPH) au siège de la dite Fédération dans la préfecture d’Agoe-Nyivé, banlieue nord de Lomé. Cet atelier fait suite à une formation en ligne de dix semaines dispensée par l’organisation canadienne de défense des droits de l’Homme, Equitas, à travers son programme « Connectons pour les droits ». Programme de formation auquel Brice Bando a eu la chance de participer pour le compte de la FETAPH. Il s’agit donc pour le formateur de partager avec ses ex- collègues les connaissances acquises au cours de ce programme de Formation.

A l’entame de cet atelier de partage, le Directeur de programmes de la FETAPH, Didier N’Kekpo, a laissé entendre que la question du genre est une question préoccupante parce qu’elle met en exergue le rôle social qui est attribué au sexe. « En Afrique, la femme est considérée comme le sexe faible qui peut subir toutes les brimades et à qui on attribue des rôles sociaux indus » a-t-il dit. De ce fait, il a poursuivi, «le lien entre cette thématique et les droits humains donne la possibilité à cette couche vulnérable de la population de s’épanouir».

Au programme de la formation, trois modules à savoir : les généralités sur les droits humains; l’égalité de genre et les inégalités de genre.

A l’issue de cette formation, il s’agit de permettre à la FETAPH de mettre en œuvre la dynamique du genre dans ces activités.

Une des participantes de cette formation,  Clémence Allokpenou, Coordinatrice du volet genre au sein de la FETAPH, n’a pas manqué de révéler son intérêt  pour la formation. « Nous attendons  mieux prendre en compte ces questions au profit des personnes handicapées. La faîtière des organisations en charge de la protection de la personne handicapée œuvre déjà sur la thématique du genre mais cette rencontre nous permettra dans nos actions, d’accorder une attention particulière aux difficultés que rencontrent ces personnes handicapées dans leur quotidien », a souligné Mme Allokpenou.

D’octobre à décembre 2021, Equitas, a initié  en ligne un programme de formation dénommé « Connectons pour les droits » à l’intention des défenseurs et défenseuses des droits humains du monde entier sur des questions relatives à l’éducation aux droits humains (Notion de Droits humains, culture des droits humains, approche fondée sur les droits humains, approche participative, approche genre, suivi-évaluation des questions de droits de l’Homme, etc).

 

Cette formation a été possible grâce à l’appui financier du gouvernement canadien à travers Affaires mondiales Canada. Basé au Canada, Equitas a été fondé à Montréal en 1967 par un groupe d’éminents universitaires et militants sociaux tels que le co-auteur de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Il est aujourd’hui présent  dans 144 pays, 6700 défenseurs des droits de l’Homme ont participé à ces formations, 4 310 000 personnes sensibilisées grâce à ses programmes dans le monde entier.