Les activités du projet « sport sans barrières » ont connu leur épilogue le vendredi 29 avril par un match d’exhibition de basketball en fauteuil roulant sur le terrain d’Akassimé à Lomé.

Le match qui a opposé Worriors à Sacramento a vu la victoire de Worriors par 28 points contre 18.

Lancées depuis le 7 mai 2021, ce projet qui a permis à la personne handicapée de s’intégrer dans le sport, a formé 25 athlètes dans plusieurs disciplines sportives, notamment en basketball, haltérophilie et en maniement de ballon. A travers ce match de basketball en fauteuil roulant, le jonglage de ballon (football) et une démonstration de force, les athlètes ont surpris positivement le public par une prestation sportive.

C’était l’occasion pour la Fédération togolaise des associations de personnes handicapées (FETAPH) de présenter au public les acquis du projet en termes d’apprentissage ; d’évaluer les performances des athlètes et de clôturer officiellement le projet «sport sans barrières».

Le coordonnateur du projet, Affo-Waloh Soli a relevé que la pratique des activités sportives par les personnes handicapées s’est régularisée progressivement au cours du XXe siècle avec des « Jeux silencieux internationaux » pour les sourds et malentendants depuis 1924 et depuis les années 1960, des « Jeux paralympiques » et des « Jeux Olympiques spéciaux » ouverts aux « athlètes ayant une déficience intellectuelle ».

Malgré que de nos jours, l’image d’une personne handicapée pratiquant du sport soit répandue, il existe encore de nombreux pays où cette pratique demeure problématique. « Ces progrès peinent à s’appliquer dans les pays en voie de développement comme le Togo, à cause des ressources qui manquent pour s’entrainer correctement. Cette situation empêche les professionnels et les amateurs du sport de participer honorablement aux évènements para sportifs régionaux et internationaux comme le para-Olympic », a poursuivi M. Affo-Waloh. il  a affirmé que les activités sportives n’offrent pas spontanément le visage de sphères particulièrement discriminatoires au regard de la participation des personnes handicapées mais à une confrontation des barrières majeures qui limitent leur accès et leur participation au sport et à l’activité physique. « Ces barrières ont un impact sur la mise en place des programmes qui utilisent le sport et l’activité physique pour atteindre des objectifs de développement plus large », a-t-il poursuivi.

Le projet «sport sans barrières» a été financé par la GIZ à travers son Programme de développement économique durable (ProDED) et mis en œuvre par la Fédération togolaise des associations de personnes handicapées (FETAPH) en partenariat avec le Centre Vital Club et la Fédération togolaise des sports paralympiques (FETOSPA).

Le chef du Pro-DED, André Roenne a indiqué que son programme a financé ce projet afin d’encourager les personnes handicapées à se développer en sport. « Pour leur permettre d’avoir de l’espoir dans le monde du sport nous avons en collaboration avec la salle de Gymnastique Vital club mis en œuvre ce projet. Cette salle dispose des entraineurs qualifiés pour former des athlètes selon leur besoins spécifiques », a-t-il poursuivi.

Le porte-parole des bénéficiaires, M. Pigbéda Anicet a souligné que ce projet est une action de promotion des droits des personnes handicapées en termes d’épanouissement et de loisirs. Il a lancé un appel à d’autres bonnes volontés pour initier des projets similaires pour le plein épanouissement de la personne handicapée.

Pour la directrice de Vital club, Blakimé Nana, sa salle de sport a eu à les entraîner à avoir confiance en eux-mêmes. « Il y a eu un travail pédagogique et psychologique avant de passer à l’acquisition de la force. Nous les avons entraînés afin de montrer au monde qu’un handicap n’est pas une fin en soi. Étant handicapé on peut réaliser beaucoup de choses. Ils ont été entrainés en athlétismes, basketball, football et en haltérophilie. Parmi eux il y a une qui a représenté le Togo au JO », a-t-elle confié.

La cérémonie a pris fin par la remise d’attestation de participation aux bénéficiaires du projet.

Le président de la FETAPH, Gratien Akakpo-Noumado et président par intérim de FETOSPA,Victor Alipui ont assisté à la cérémonie de clôture du projet.