La maison Bresiliac à Atikoumé(Lomé) a abrité le vendre 15 Avril 2022, une conférence-débat organisée par l’Association Think Tank HandiHardi avec la collaboration de la FETAPH. Elle a porté sur le thème :   LES PERSONNES HANDICAPEES A L’ERE DE LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE L’EXTREMISME VIOLENT ET LE TERRORISME : DE LA NECESSITE D’UNE ANTICIPATION EN VUE D’UNE MEILLEURE IMPLICATION. L’objectif général est de sensibiliser l’opinion, nationale sur le fait que l’extrémisme violent et le terrorisme n’épargnent pas les personnes handicapées et susciter au sein de la conscience collective une meilleure implication de cette couche sociale dans les processus de prévention et de gestion de ces fléaux.

Les travaux ont débuté avec le discours des officiels invités à cet effet. Mme Kpanougou S. Bakème, Directrice des affaires sociales, santé, sport, éducation, culture et tourisme, représentante du maire de la commune Golfe 4 et M. Akakpo-Numado Enyonam, Président du Conseil d’Administration de la Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées(FETAPH) ont à tour de rôle pris la parole pour souhaiter la bienvenue aux participants et salué l’initiative de l’Association HandiHardi et le soutien de la FETAPH dans la contribution des personnes handicapée à la lutte préventive contre l’extrémisme violent et le terrorisme au Togo. Après le discours, la conférence s’est poursuivie avec deux panels de communication.

Panel 1 : Les personnes handicapées à l’ère de l’extrémisme violent et le terrorisme : une vulnérabilité à risque. Il a porté sur la définition de la personne handicapée, de l’extrémisme violent et le terrorisme, puis il a fait ressortir les facteurs qui pourraient faire d’une personne handicapée une menace directe ou indirecte de l’extrémisme violent et du terrorisme.

Panel 2 : L’implication des personnes handicapées dans la prévention et la lutte contre le terrorisme : anticiper pour mieux impliquer. Les échanges ont portés sur la vulnérabilité de cette couche, les atouts dont elles disposent pour prévenir ou lutter contre le terrorisme et la nécessité d’accroitre les ressources de l’État en faveur de l’implication de cette couche sociale.

Les mots de remerciements des panélistes et du modérateur ont mis fin à la conférence-débat.