Attenuation de l'impact économique du COVID-19 sur les Jeunes Handicapés du TogoAttenuation de l'impact économique du COVID-19 sur les Jeunes Handicapés du TogoActivités

Le projet atténuation de l’impact économique du covid-19 sur les jeunes handicapés au Togo lancé

La Fédération togolaise des associations de personnes handicapées (FETAPH) a lancé le projet « Atténuation de l’impact économique du Covid-19 sur les jeunes handicapés », le lundi 25 juillet à Atakpamé.

 

lancement a ATAKPAME Le projet atténuation de l’impact économique du covid-19 sur les jeunes handicapés au Togo

Financé par l’ONG USAID pour une période de deux ans, ledit projet concerne les villes de Dapaong, Kara et Atakpamé. Il entend renforcer l’employabilité et la création d’emplois pour les jeunes handicapés, en particulier les filles et les femmes. Il va accompagner et financer les jeunes et  les artisans handicapés qui ont fini leur apprentissage et manquent de moyens pour s’installer ainsi que des patrons handicapés déjà installés mais affectés par le Covid-19. Pour bénéficier de cet accompagnement, les candidats devront soumettre leurs micro-projets à la FETAPH pour analyse et étude.

La rencontre a permis de présenter les grandes lignes du projet aux acteurs locaux, définir les rôles et responsabilités des commissions d’appui à la mise en œuvre du projet et de mettre sur pied les organes de coordination. C’était aussi l’occasion d’entretenir les acteurs sur leur rôle et responsabilité en vue de la réussite dudit projet.

Le coordonnateur de la FETAPH, Analène Marc a indiqué que ce projet découle des recommandations d’une étude que sa fédération a réalisée en 2021 sur l’impact du COVID sur les personnes en situation de handicap. Il a ajouté que  cette étude a identifié un certain nombre de problèmes auxquels sont confrontées la plupart des personnes handicapées.  Il s’agit, d’après lui,  de la perte d’activités génératrices de revenus pour cause de maladie ou suite à des mesures préventives édictées par le gouvernement et l’accroissement de la pauvreté des personnes handicapées augmentant leur vulnérabilité au virus.

La présidente de l’Association « Action Egalité de chance pour Tous » (AcEPT) et le conseiller technique de la Chambre régionale des métiers (CRM)- Plateaux, respectivement MM. Akakpo justin et Kanman Lambert, ont relevé que cette initiative répond au principe clé de l’Agenda 2030 qui demande aux États de « ne laisser personne de côté». Ils ont, en outre, témoigné leur gratitude aux initiateurs du présent projet.

LIRE PLUS
« Sport sans barrière » : un match de basketball en fauteuil roulant clôture le projet de la FETAPHActivités

« Sport sans barrière » : un match de basketball en fauteuil roulant clôture le projet de la FETAPH

Les activités du projet « sport sans barrières » ont connu leur épilogue le vendredi 29 avril par un match d’exhibition de basketball en fauteuil roulant sur le terrain d’Akassimé à Lomé.

Le match qui a opposé Worriors à Sacramento a vu la victoire de Worriors par 28 points contre 18.

Lancées depuis le 7 mai 2021, ce projet qui a permis à la personne handicapée de s’intégrer dans le sport, a formé 25 athlètes dans plusieurs disciplines sportives, notamment en basketball, haltérophilie et en maniement de ballon. A travers ce match de basketball en fauteuil roulant, le jonglage de ballon (football) et une démonstration de force, les athlètes ont surpris positivement le public par une prestation sportive.

C’était l’occasion pour la Fédération togolaise des associations de personnes handicapées (FETAPH) de présenter au public les acquis du projet en termes d’apprentissage ; d’évaluer les performances des athlètes et de clôturer officiellement le projet «sport sans barrières».

Le coordonnateur du projet, Affo-Waloh Soli a relevé que la pratique des activités sportives par les personnes handicapées s’est régularisée progressivement au cours du XXe siècle avec des « Jeux silencieux internationaux » pour les sourds et malentendants depuis 1924 et depuis les années 1960, des « Jeux paralympiques » et des « Jeux Olympiques spéciaux » ouverts aux « athlètes ayant une déficience intellectuelle ».

Malgré que de nos jours, l’image d’une personne handicapée pratiquant du sport soit répandue, il existe encore de nombreux pays où cette pratique demeure problématique. « Ces progrès peinent à s’appliquer dans les pays en voie de développement comme le Togo, à cause des ressources qui manquent pour s’entrainer correctement. Cette situation empêche les professionnels et les amateurs du sport de participer honorablement aux évènements para sportifs régionaux et internationaux comme le para-Olympic », a poursuivi M. Affo-Waloh. il  a affirmé que les activités sportives n’offrent pas spontanément le visage de sphères particulièrement discriminatoires au regard de la participation des personnes handicapées mais à une confrontation des barrières majeures qui limitent leur accès et leur participation au sport et à l’activité physique. « Ces barrières ont un impact sur la mise en place des programmes qui utilisent le sport et l’activité physique pour atteindre des objectifs de développement plus large », a-t-il poursuivi.

Le projet «sport sans barrières» a été financé par la GIZ à travers son Programme de développement économique durable (ProDED) et mis en œuvre par la Fédération togolaise des associations de personnes handicapées (FETAPH) en partenariat avec le Centre Vital Club et la Fédération togolaise des sports paralympiques (FETOSPA).

Le chef du Pro-DED, André Roenne a indiqué que son programme a financé ce projet afin d’encourager les personnes handicapées à se développer en sport. « Pour leur permettre d’avoir de l’espoir dans le monde du sport nous avons en collaboration avec la salle de Gymnastique Vital club mis en œuvre ce projet. Cette salle dispose des entraineurs qualifiés pour former des athlètes selon leur besoins spécifiques », a-t-il poursuivi.

Le porte-parole des bénéficiaires, M. Pigbéda Anicet a souligné que ce projet est une action de promotion des droits des personnes handicapées en termes d’épanouissement et de loisirs. Il a lancé un appel à d’autres bonnes volontés pour initier des projets similaires pour le plein épanouissement de la personne handicapée.

Pour la directrice de Vital club, Blakimé Nana, sa salle de sport a eu à les entraîner à avoir confiance en eux-mêmes. « Il y a eu un travail pédagogique et psychologique avant de passer à l’acquisition de la force. Nous les avons entraînés afin de montrer au monde qu’un handicap n’est pas une fin en soi. Étant handicapé on peut réaliser beaucoup de choses. Ils ont été entrainés en athlétismes, basketball, football et en haltérophilie. Parmi eux il y a une qui a représenté le Togo au JO », a-t-elle confié.

La cérémonie a pris fin par la remise d’attestation de participation aux bénéficiaires du projet.

Le président de la FETAPH, Gratien Akakpo-Noumado et président par intérim de FETOSPA,Victor Alipui ont assisté à la cérémonie de clôture du projet.

LIRE PLUS
le-president-de-la-fetaph-recoit-le-cahier-de-doleances-des-mains-de-mme-allokpenouActivités

Le 1er mai 2021 célébrée dans la liesse à la FETAPH

Après deux ans d’interruption pour raison de COVID-19, la fête du 1er mai édition 2022 a été célébrée avec faste à la FETAPH. Au siège de cette institution sis à Agoè-Kitidjan à Lomé, l’ambiance était à son comble l’après-midi de lundi 1er mai 2022. Discours, musique, partage de mets, dégustation de boissons, chants et séquences de danses au rythme de la musique moderne et traditionnelle ont marqué l’évènement. Bref, tout a été mis en œuvre pour une réussite parfaite de cette célébration.

En ce jour de 1er mai 2022, au siège de la FETAPH, membres du Conseil d’Administration (CA), personnel de la direction de programme, représentants d’associations membres, personnes handicapées, parents et invités se sont retrouvés en symbiose, loin des tâches administratives et professionnelles, afin de partager ensemble le repas, autour d’une table.

le-president-de-la-fetaph-recoit-le-cahier-de-doleances-des-mains-de-mme-allokpenou
le-président-de-la-fetaph-recoit-le-cahier-de-doleances-des-mains-de-mme-allokpenou

Le 1er mai symbolise la fête des travailleurs qui commémore la lutte des ouvriers pour obtenir la journée de 8heures ; une lutte qui remonte au 19e siècle. C’est une journée consacrée aux travailleurs, un hommage qui leur est rendu pour le rôle qu’ils jouent dans la vie socio-économique. La fête a été célébrée au Togo et à travers le monde.

Situant la fête dans son contexte, le directeur de programme de la FETAPH, Didier K. Dodji N’Kékpo a exhorté les convives à « être dans la logique selon laquelle nous sommes en famille ». En cela, patrons et travailleurs devraient, en ce jour, mettre de côté les activités professionnelles et les stress du service pour se réjouir ensemble.

 

Présentant les revendications de sa corporation, la déléguée du personnel, Mme Lamatou  Allokpén ou s’est, d’entrée, réjouie de la décision du conseil d’administration de la FETAPH de rendre « effective l’assurance maladie à tout le personnel étendu pour le moment à un membre de la famille ». Preuve, selon elle, que les dirigeants de la faîtière « se préoccupent de l’amélioration des conditions de vie et de travail de leurs employés ». Elle a, à ce sujet, exprimé la gratitude du personnel à l’actuelle équipe du CA. Ce qui ne l’a pas empêché, dans un second temps, d’énumérer trois doléances qui tiennent à cœur la corporation. En effet, le personnel de la FETAPH revendique l’adoption du statut du personnel, l’adoption d’une grille salariale et l’extension de l’assurance maladie à toute la famille.

En réponse, le président de la faîtière, M. Azapo Enyonam Akakpo-Numado a  reconnu les efforts que déploie le personnel en dépit de la pression et des conditions de travail parfois difficiles. Tout en les félicitant pour leur dévouement, il a révélé que « des dispositions sont déjà prises pour l’adoption du statut du personnel et de la grille incorporée, cette année ».

Le CA se prépare également à mettre en place les organes de passation des marchés publics au sein de cet organisme. L’objectif est de donner plus de crédibilité à la FETAPH auprès de ses partenaires.

La fête s’est achevée dans une ambiance de liesse populaire.

LIRE PLUS
M. Mawussi Komla Laba, juriste, coordonnateur de HandihardiActivités

L’implication des personnes handicapées dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme au centre d’une conférence – débat à Lome.

La maison Bresiliac à Atikoumé(Lomé) a abrité le vendre 15 Avril 2022, une conférence-débat organisée par l’Association Think Tank HandiHardi avec la collaboration de la FETAPH. Elle a porté sur le thème :   LES PERSONNES HANDICAPEES A L’ERE DE LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE L’EXTREMISME VIOLENT ET LE TERRORISME : DE LA NECESSITE D’UNE ANTICIPATION EN VUE D’UNE MEILLEURE IMPLICATION. L’objectif général est de sensibiliser l’opinion, nationale sur le fait que l’extrémisme violent et le terrorisme n’épargnent pas les personnes handicapées et susciter au sein de la conscience collective une meilleure implication de cette couche sociale dans les processus de prévention et de gestion de ces fléaux.

Les travaux ont débuté avec le discours des officiels invités à cet effet. Mme Kpanougou S. Bakème, Directrice des affaires sociales, santé, sport, éducation, culture et tourisme, représentante du maire de la commune Golfe 4 et M. Akakpo-Numado Enyonam, Président du Conseil d’Administration de la Fédération Togolaise des Associations de Personnes Handicapées(FETAPH) ont à tour de rôle pris la parole pour souhaiter la bienvenue aux participants et salué l’initiative de l’Association HandiHardi et le soutien de la FETAPH dans la contribution des personnes handicapée à la lutte préventive contre l’extrémisme violent et le terrorisme au Togo. Après le discours, la conférence s’est poursuivie avec deux panels de communication.

Panel 1 : Les personnes handicapées à l’ère de l’extrémisme violent et le terrorisme : une vulnérabilité à risque. Il a porté sur la définition de la personne handicapée, de l’extrémisme violent et le terrorisme, puis il a fait ressortir les facteurs qui pourraient faire d’une personne handicapée une menace directe ou indirecte de l’extrémisme violent et du terrorisme.

Panel 2 : L’implication des personnes handicapées dans la prévention et la lutte contre le terrorisme : anticiper pour mieux impliquer. Les échanges ont portés sur la vulnérabilité de cette couche, les atouts dont elles disposent pour prévenir ou lutter contre le terrorisme et la nécessité d’accroitre les ressources de l’État en faveur de l’implication de cette couche sociale.

Les mots de remerciements des panélistes et du modérateur ont mis fin à la conférence-débat.

LIRE PLUS
Photo de famille du comité de pilotage du projet FHAITActivités

Togo/ les groupements d’épargne et de crédit (GEC) au service de 2310 femmes handicapées !

Photo de famille du comité de pilotage du projet FHAIT
Photo de famille des membres du comité de pilotage du projet FHAIT

Depuis novembre 2019, le projet ‘’Femmes Handicapées en Activité pour l’Inclusion au Togo’’ a permis la formation de 133 Groupements d’Epargne et de Crédit (GEC) au bénéfice de 2 771 personnes dont 2310 femmes et 461 hommes handicapées.

Pour le Président de la FETAPH, Gratien AKAKPO-NUMADO, œuvrer pour faciliter l’autonomie sociale et financière des femmes handicapées c’est assurer leur épanouissement intégral, et donc l’inclusion sociale de la personne handicapée dans notre pays.

Notons que  ce projet est financé  à hauteur de 842 210 €  par CBM  partenaire stratégique de l’Association pour la Promotion des Femmes Handicapées au Togo (APROFEHTO).

LIRE PLUS
Atelier Politique de sauvegarde des enfants et des adultes vulnérable par la FETAPHActivités

Formation du personnel de la direction de programmes, des responsables des organisations membres et partenaires de la FETAPH sur sa “Politique de sauvegarde des enfants et des adultes vulnérables’’ et les “procédures de sauvegarde de l’enfant”

La FETAPH a organisé un atelier de formation de trois jours du 15 au 17 mars 2022, sur sa « Politique de sauvegarde des enfants et des adultes vulnérables’’ et les procédures de sauvegarde de l’enfant »

Cet atelier a réuni quarante-cinq (45) personnes issues du Conseil d’Administration, du personnel de la direction de programmes, des organisations membres et partenaires de la FETAPH provenant des cinq (5) régions économiques du Togo (Savanes, Kara, Centrale, Plateaux et Maritime). Parmi les participants on note dix-neuf (19) personnes handicapées et neuf (9) femmes.
Cette formation se situe dans le cadre de l’actualisation de la politique de la FETAPH en matière de sauvegarde de l’enfant et vise la création d’un environnement protecteur pour les enfants, particulièrement les enfants handicapés et vulnérables.

Cet atelier a permis aux participants de prendre connaissance du contenu de la ‘’Politique de sauvegarde des enfants et des adultes vulnérables’’ de la FETAPH, du code de conduite et des procédures de signalement des cas d’abus. Il convient de noter que le code de conduite met l’accent sur ce que le personnel et les associés de la FETAPH doivent faire et ce qui est interdit de faire aux enfants et aux adultes vulnérables.

La formation a été organisée grâce à l’appui financier de la Fondation Liliane, dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’appui à l’inclusion des enfants et jeunes handicapés dans la société.
Elle a été animée par M. KEGBAO Fousseni, Conseiller en Droit et Protection de l’Enfant à Plan International Togo.

quelques  photos de l’atelier

LIRE PLUS
Togo/ KOMBATE LARE Kombéna, une fille non-voyante qui émerveille ....Activités

Togo/ KOMBATE LARE Kombéna, une fille non-voyante qui émerveille ….

Togo/ KOMBATE LARE Kombéna, une fille non-voyante qui émerveille ....
Togo/ KOMBATE LARE Kombéna, une fille non-voyante qui émerveille ….

Kombéna est une jeune fille issue de l’union de KOMBATE LARE et de LARE Moyéme. Née le 07 Décembre 2004 à Dapaong d’une famille monogame de quatre enfants, 03 filles et un garçon dont Kombéna est la benjamine. elle et sa grande sœur sont non-voyante ; et  orphelines de père depuis 2020. Elle vit avec sa mère dans la grande famille c’est-à-dire dans la maison du grand-père paternel au quartier Natbagou à Dapaong. La maman de Kombéna se débrouille avec son petit commerce pour subvenir aux besoins de ses enfants. Cinq mois après la naissance de Kombéna, elle était tombée malade et après, elle a perdu la vue.

Quand Kombéna avait l’âge d’être scolarisée, les parents l’ont amené à l’école spécialisée SEFRAH où elle a commencé son initiation au braille. C’est après cela qu’elle a continué à l’école Primaire Publique Bodjopal où elle obtint son Certitficat d’Étude Premier Degré (CEPD) et fit son entrée au collège. Il faut noter que c’est une fille qui travaille très bien à l’école, curieuse et pose beaucoup de questions pour comprendre. Cette année scolaire 2021-2022, Kombéna est en classe de 5ème avec une moyenne de 15/20 au Lycée Kombonloaga à Dapaong.

le soutien que benefici Kombéna, s’inscrive dans le cadre de La mise en œuvre du projet “Promotion de l’inclusion des enfants handicapés visuels dans l’éducation primaire et secondaire”. Toute la famille de Kombéna est vraiment reconnaissante par rapport à l’appui que bénéficie leur enfant afin de faciliter sa scolarisation. C’est l’occasion de dire un sincère merci à la Fondation Liliane et la FETAPH pour tous les efforts consentis pour l’autonomisation des personnes handicapées.

 

LIRE PLUS
Histoire de DJINGUE Tidièliébe, Un jeune très brillant né non-voyantActivités

Histoire de DJINGUE Tidièliébe, un jeune né non-voyant

Histoire de DJINGUE Tidièliébe, Un jeune très brillant né non-voyant
Histoire de DJINGUE Tidièliébe, Un jeune très brillant né non-voyant

Le jeune Tidièliébe est issu de l’union de DJINGUE Kolani et de DOUTI Kondjite. Il est né le 30 Août 2000 à Nakpangorgou un village situer dans la région des savanes. Tidienliébe est un jeune non-voyant qui est né avec sa déficience. Il est issu d’une famille polygame de trois femmes avec vingt enfants. La maman du jeune est la deuxième femme avec sept enfants dont trois filles et quatre garçons. Tidièliébe est le benjamin chez sa maman. La famille vit à Satkounou où elle pratique l’agriculture et l’élevage. Le jeune vécu avec son grand-frère qui a construit une maison dans leur village natale ; mais pour des raisons d’études il vit à Dapaong au quartier Kombonloaga où il est en location.

DJINGUE Tidièliébe est en classe de seconde au lycée Kombonloaga, il travaille bien et est entouré de ses amis qui l’aident en classe. Il faut noter aussi qu’il a eu à faire son initiation en braille à l’école spécialisée SEFRAH avant de poursuivre les études comme cela se doit.

Issu d’une famille très pauvre, le jeune est soutenu par le  Centre « ST LOUIS ORIONE » DE BOMBOUAKA , une organisation partenaire de la FETAPH , grâce au financement de la FETAPH /Fondation Liliane dans  le programme d’appui à l’inclusion des aux enfants et jeunes handicapés.  A travers ce programme, le centre paie son loyer et sa scolarité et met également à sa disposition les fournitures scolaires notamment les papiers braille. Il est très content de l’appui qui lui ait accordé afin de pouvoir aller à l’école sans grande difficulté. Il faut souligner que cette année scolaire sa mère et sa sœur l’ont rejoint afin de mieux l’accompagner dans ses tâches quotidiennes.

La mise en œuvre du projet promotion de l’inclusion des élèves handicapés visuels dans l’éducation primaires et secondaires dans la région des savanes a été d’une grande utilité pour le jeune Tidièliébe. Toute notre reconnaissance et gratitude vont à l’endroit de la Fondation Liliane et à la FETAPH qui ne ménagent aucun effort pour l’autonomisation des enfants et jeunes handicapés au Togo.

 

LIRE PLUS
  • 1
  • 2